Le Prix des Deux Magots 2013

A été décerné à Pauline Dreyfus pour son roman Immortel, enfin Editions Grasset

Immortel, enfin

En janvier 2013, le prix littéraire des Deux Magots fêtera ses 80 ans

Cette récompense, créée à l’initiative de l’écrivain Roger Vitrac, continue, au fil des décennies, à révéler et encourager des auteurs prometteurs ou déjà reconnus.
L’aventure a commencé en 1933 pour les Deux Magots : le café de Saint-Germain-des-Prés fonde alors son prix littéraire le jour de la remise du Goncourt à André Malraux pour La Condition humaine. On doit cette audace à l’écrivain Roger Vitrac et à la bibliothécaire des Beaux-Arts. A eux deux, ils réunissent un jury de 13 auteurs, qui donnent chacun 100 francs en guise de dotation. Le premier lauréat fût Raymond Queneau pour son roman, Le Chiendent. Depuis, le prix est octroyé à des auteurs prometteurs ou déjà reconnus, chaque dernier mardi de janvier. Quant au livre récompensé, il a été publié dans l’année qui précède le jour de la remise du Prix.

Les Deux Magots

Le Prix des Deux Magots est ainsi l’une des plus anciennes distinctions littéraires de l’Hexagone. Il est, par ailleurs, doté d’une enveloppe de 7 700 euros, afin d’encourager et soutenir les lauréats dans leurs travaux d’écriture.

Pauline Dreyfus
Pauline Dreyfus
Immortel, enfin
Editions Grasset
L’auteur : Pauline Dreyfus a publié un recueil de nouvelles, Le père et l’enfant se portent bien (Lattès, 2003) et une biographie, Robert Badinter l’épreuve de la justice (Editions du Toucan, 2009). Immortel, enfin est son premier roman.
1968. Cinquième candidature de Paul Morand à l’Académie française. L’écrivain n’est plus l’auteur glorieux des années 30. Il a « perdu sa guerre ». Il a 80 ans. Dix ans plus tôt, le général de Gaulle, lui reprochant sa collaboration avec le régime de Vichy, a refusé qu’il entre sous la Coupole. Pour qui sent la mort approcher, l’Académie n’est-elle pas la promesse de devenir immortel ?
Et voici le récit de sa campagne, sa dernière campagne. On croise, dans son fameux salon du Champ-de-Mars, à Paris, Jean d’Ormesson, Patrick Modiano, Alexandre Vialatte, mais aussi une jeune étudiante au Conservatoire qui s’est présentée pour faire la lecture à sa femme, Nathalie Baye. Le portrait vif, piquant, morandien, somme toute, d’un homme réconcilié avec lui-même et d’un écrivain parmi les plus grands.
Liste complète des lauréats sur le site : www.lesdeuxmagots.fr
A savoir :
Le café Les Deux Magots contribue également au Prix Pelléas. Celui-ci récompense une œuvre  littéraire qui traite d’un sujet musical.