Kriki – Erro – Combas

Twenty Two Gallery Paris – Du 08 Novembre au 06 Décembre 2014

Twenty-Two-Gallery

Exposition K(C)OLLECTION 

Kriki

L’artiste Kriki est né en 1965 à Paris. Vit et travaille à Paris. Fondateur, en 1984, du groupe de peintres Nuklé-Art et du groupe de musique électro punk Les Envahisseurs, Kriki incarne encore la culture punk dans l’art contemporain français. Avec la rue et le métro comme école d’art, il a participé, dès 1984 à l’éclosion de ce que l’on nomme aujourd’hui le Street Art. Immergé dans la culture alternative, son avant-gardisme de jeunesse le placera comme une des figures emblématiques de la peinture française des années 80. A l’évidence, Kriki appartient à cette sensibilité générationnelle de la « Figuration libre », dont il contribuera à sa redynamisation. Kriki demeure un précurseur, ce qui l’avait amené à exposer très jeune aux côtés de Wim Delvoye, Keith Haring ou Basquiat dans des galeries aussi célèbres que Guy Pieters Gallery, Il Capricorno et Enrico Navarra ; ou encore de participer aux toutes premières expositions de galeries aujourd’hui prestigieuses telles que Jérôme de Noirmont ou Kamel Mennour. Kriki imposera alors un style immédiatement identifiable sur la scène internationale faisant de lui un des artistes majeurs de sa génération. Dès 1985, Kriki invente un personnage, le «Fuzz», mi-robot, mi-fétiche polymorphe, omniprésent, véritable signature de l’artiste. Le Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris s’emparera du Fuzz sous forme d’édition. Après de nombreuses métamorphoses, le Fuzz et les figures qui l’accompagnent, réapparaîtront dans les tableaux sous la forme de virus contaminant l’histoire de l’art. Kriki sur-manipule les images originales dont sont issues ses peintures, qui résistent à notre première tentative de lecture, pour mieux rejoindre un langage universel. Ce sont des mondes construits par de multiples références culturelles faits de la sédimentation d’affects qui jalonnent la vie de l’artiste. « Kriki est le seul artiste français dont l’originalité et l’ambition de sa peinture peuvent être comprises comme un pont entre Subculture et Haute culture », écrira Ernest Van Buyender, président du Musée d’Art Contemporain d’Anvers (Muhka).

Kriki-Intérieur Rock-2014
Intérieur rock, 2014
Huile sur toile, 130×146 cm

ERRO

Erró (né Guðmundur Guðmundsson en 1932 à Ólafsvík, Island) est un artiste postmoderne. Il a été l’art en Norvège et en Italie, a vécu à Paris, en Thailande and dans l’ile de Formentera. Au cours de ses voyages à travers le monde entier, Erró collecte des images (publicités, photos d’actualité, bandes dessinées, affiches, documents politiques) qui sont sa source d’inspiration. Il les choisit, les assemble, les accumule selon son bon plaisir toujours avec humour, parfois avec angoisse et violence sur les toiles pour former des tableaux qui sont autant à lire qu’à voir. La peinture est un lieu d’expérimentation, où il peut faire du vieux avec du neuf. Elle est la forme privée de l’utopie, le plaisir de contredire, le bonheur d’être seul contre tous , la joie de provoquer. Dans certaines de ses compositions, il insère habilement des personnages de toiles de Ingres, Delacroix, Léger ou Picasso, lesquels se retrouvent cohabitant avec des stars du cinéma, des hommes politiques ou des héros de bandes dessinées. Favorisant les chocs visuels et mêlant les temporalités et les espaces, les créations d’Erro sont cocasses, troublantes, empreintes d’humour et de dérision. Éminemment politique et critique, son œuvre dénonce la guerre (de celle du Vietnam à l’invasion américaine en Irak), les pouvoirs totalitaires ou la consommation de masse.

«Je peins parce que c’est pour moi une utopie d’ordre privé».

ERRO---Hommage-à-Leger
Hommage à Léger, 2000
Acrylique sur toile, 38×55 cm

Combas

Robert Combas, né en 1957 à Lyon, est un plasticien et peintre français contemporain. Il vit et travaille en région parisienne depuis 1980. Robert Combas a apporté à l’aube des années 80 une nouvelle peinture figurative. Présent sur la scène artistique dès 1979, il est le créateur d’un mouvement que Ben appela « La Figuration Libre ». La « Figuration Libre » qui, dans les années 80, désacralisait l’art et revendiquait pour la peinture ce que le mouvement punk affirmait pour la musique : tout le monde peut être un artiste. L’art de rue contre l’establishment. Poursuivant cette attitude provocante dans son travail personnel, il se confronte à tous les défis artistiques : peinture, sculpture, musique, cinéma font partie de son travail et lui permettent de développer son imaginaire sur tous les supports. Sa vie est peinture et sa peinture est vie, Robert Combas croque le monde, il le mâche et le recrache en miettes. Dans son univers parallèle on se tue mais ne meurt pas, l’amour et le sexe côtoient la guerre et la violence. Robert Combas, exorcise les drames de l’histoire en les interprétant de son écriture poétique et humoristique, il décrypte le monde, l’embellit ou le noircit à sa guise, il nous emmène dans une incroyable aventure colorée et musicale.

Combas-Le-Contrebassier
Willy Dixon, le contrebassier.
Le bassiste a contrat, l’écrivain du blues électrique. Le copain de memphis, 2008
Acrylique sur toile, 146×114 cm

TWENTYTWO Gallery www.twentytwo-gallery.com/
22, Rue Auguste Comte
69002 Lyon – France