David Hockney fait don exceptionnel au Centre Pompidou

Le peintre anglais David Hockney fait don d’une œuvre exceptionnelle « The Arrival of spring in Woldgate, East Yorkshire », 2011.

David Hockney
The Arrival of spring in Woldgate, East Yorkshire, 2011 Huile sur toile – 366 cm x 975 cm Don de David Hockney aux Amis du Centre Pompidou, en 2017 © David Hockney / photo : Richard Schmidt

Elle entrera dans les collections du Centre Pompidou, grâce aux Amis du Centre Pompidou.


Cette peinture monumentale composée de trente-deux panneaux (366 cm x 975 cm) sera exposée au public dans le Forum du Centre Pompidou, à partir du 27 septembre 2017 et jusqu’au terme de la rétrospective consacrée à l’œuvre de l’artiste (présentée jusqu’au 23 octobre).

« Je veux exprimer à David Hockney la profonde gratitude du Centre Pompidou, et au-delà celle du public pour le don exceptionnel qu’il consent. Cette générosité vient couronner la relation d’amitié, de confiance et de complicité qui s’est tissée au fil des ans avec le Centre Pompidou, avec Bernard Blistène, directeur du musée national d’art moderne bien sûr, mais aussi avec le commissaire des deux expositions dont son œuvre a fait l’objet au Centre Pompidou, Didier Ottinger. Cette proximité a notamment permis de présenter au Centre Pompidou la plus importante rétrospective jamais consacrée à l’œuvre de David Hockney » déclare Serge Lasvignes.

« Cette peinture, chef d’œuvre aux dimensions spectaculaires et point d’orgue d’une longue quête picturale, témoigne de l’extraordinaire vitalité qui irrigue l’œuvre récente de David Hockney. C’est un grand bonheur que de la voir entrer au Centre Pompidou et de la partager dès aujourd’hui avec le plus large public en l’offrant à sa contemplation dans le Forum, ouvert à tous », poursuit le président du Centre Pompidou. »

« The Arrival of spring in Woldgate, East Yorkshire », 2011

Pour Hockney qui, depuis la fin des années soixante, vit dans une Californie à la végétation perpétuellement luxuriante, la campagne anglaise devient une vaste horloge cosmique, qui ponctue avec régularité le passage des saisons. Le printemps y est particulièrement éphémère et spectaculaire. Après avoir littéralement « manqué » à plusieurs reprises les premières fleuraisons, Hockney décide d’une stratégie : « J’avais en tête d’enregistrer l’arrivée du printemps en 2011, ayant pu l’observer depuis sept années à Woldgate dans un petit chemin allant de Bridlington à Woldgate » , raconte-t-il. Le spectacle de l’explosion printanière requiert une mise en scène à laquelle Hockney donne la forme d’un long crescendo.

Armé de son IPad, de janvier à juin 2011, il multiplie les études, scrutant les métamorphoses de la végétation bordant la petite route. Dans l’exposition que la Royal Academy de Londres consacre, en 2012, aux paysages du Yorkshire, ces images, transférées sur papier, accompagnent une peinture monumentale The Arrival of spring in Woldgate.

Point d’orgue du cycle d’images que Hockney voue à la célébration du printemps, The Arrival of spring in Woldgate est un aboutissement, une œuvre de synthèse. Au centre de la composition, un chemin presque perspectiviste suggère une profondeur que dément radicalement la planéité affirmée du rendu de la forêt. Un souci de vérisme botanique qu’illustrent les herbes du premier plan, contraste avec la stylisation « matisssienne » de la frondaison.

La fascination, la séduction qu’exerce sur ses spectateurs The Arrival of spring in Woldgate tient à une écriture picturale, à une richesse chromatique, puisées chez Van Gogh et les Fauves; elle tient aussi au savoir accumulé par Hockney dans l’art du décor d’opéra, dans celui de la mise en scène. Avec les jeux de perspective complexes (perspective inversée et autres..), le format monumental est un des ressorts auquel recourt le peintre pour impliquer physiquement ses spectateurs, pour les « absorber » dans ses œuvres. Comme ses vues de buildings, comme ses piscines des années soixante qui appliquaient au monde visible les données plastiques et phénoménologiques de la peinture abstraite de son temps, The Arrival of Spring in Woldgate poursuit le dialogue de David Hockney avec les œuvres de l’expressionnisme abstrait qu’il avait admirées à Londres à la fin des années cinquante. L’absorption physique de leurs spectateurs que provoquent les toiles de Jackson Pollock, le vertige « sublime » qu’inspirent celles de Barnett Newman, se voient ici mis au service du grand hymne panthéiste que Hockney consacre au Sacre du Printemps.

Les Amis du Centre Pompidou sont le premier mécène du musée national d’art moderne et mènent depuis plus de cent ans une action majeure de mécénat en faveur des collections nationales. Créé en 2013, son Cercle International réunit 100 philantropes internationaux passionnés et activement investis dans l’enrichissement des collections. Ils ont souhaité, en l’honneur de Didier Ottinger et son commissariat sur l’exposition accompagner le généreux don de David Hockney.

David Hockney Rétrospective, exposition présentée Galerie 1, niveau 6, jusqu’au 23 octobre 2017. L’exposition est organisée en collaboration avec la Tate Britain (Londres) et le Metropolitain Museum of Art (New York).

www.centrepompidou.fr